Antoinette
Greindl


Docteur Antoinette Greindl
Modave   0471/46.63.03




Equitation comportementale

L'objectif de l'équitation comportementale est de s'appuyer sur les connaissances scientifiques en matière de comportement et d'apprentissage lors du travail avec les chevaux.
Grâce à ces connaissances, nous pouvons être plus réceptifs aux signaux émis par le cheval. Ainsi, un cheval de dressage qui crispe ses naseaux et ouvre la bouche montre un signe de mal-être, un cheval qui bouscule le cavalier cherche à comprendre quel est sa position dans la hiérarchie,etc. Il faut toujours tenter de « lire » notre cheval pour comprendre pourquoi il agit de cette manière, en restant basé sur les connaissances scientifiques pour éviter de tomber dans l'anthropomorphisme.
D'autre part, la théorie de l'apprentissage qui reprend tous les mécanismes par lesquels les êtres vivants apprennent et évoluent durant leur vie est essentiel à l'application correcte des stimuli lors des séances de travail avec un cheval. Un cheval dur en bouche et/ou froid à la jambe n'est autre que le résultat de l'application incorrecte des aides et un manque de connaissance de cette théorie.

Les séances en équitation comportementale vont se dérouler comme suit :

Les premières séances seront constituées de travail à pied, essentiel par bon nombre d'aspect :

  • Ce type de travail a une grande qualité : elle permet au cavalier d'apprendre la mise en pratique correcte de la théorie de l'apprentissage. J'entends par là que le cavalier apprend à doser ses demandes, à arrêter le stimulus au bon moment et à récompenser quand il faut. Bref, il développe des bons réflexes qui seront extrêmement utiles lors du travail monté ou lors de situations difficiles.
  • Le travail à pied permet la mise en place d'une bonne relation homme-cheval. Soit le propriétaire ne « travaille » à pied que lorsqu'il mène son cheval en prairie et se fait alors bousculer. Le rapport sera alors clair pour le cheval : l'être humain est un être faible, dominé et que l'on peut bousculer à sa guise. Soit le cavalier travaille correctement à pied, le cheval va apprendre que l'être humain est intéressant et qu'il essaie de communiquer. Le cheval considérera son propriétaire comme quelqu'un d'intéressant qui envoie des signaux cohérents et qu'il faut essayer de l'écouter, de le comprendre.
  • Un autre aspect du travail à pied est que le cavalier apprend à développer un langage partagé avec son cheval. Il est toujours préférable d'apprendre un maximum de demandes à pied avant de les demander à cheval, pour plus de confort pour le cheval et plus de sécurité. De plus, lorsqu'il est à cheval, le cavalier montre toujours énormément de signaux parasites dus à un défaut d'assiette, de mains,etc. Alors que lorsqu'il est à pied, il peut se concentrer sur chacun de ses gestes.


C'est grâce au travail à pied qu'il est possible d'obtenir un cheval calme en toutes circonstances, qui passe partout, qui monte dans le van sans stress, qui reste à l'arrêt sans bouger même sans être attaché, etc.



Ensuite, les séances suivantes dépendront des objectifs du cavalier :
  • Résolution d'un problème spécifique
  • Amélioration de la finesse en dressage, de la souplesse du cheval et du rassembler.
  • Travail sur le mental du cheval pour améliorer le passage d'obstacles difficiles en jumping ou en cross. Ainsi que l'amélioration de la réactivité pour avoir un cheval plus maniable sur le parcours, ce qui permet des changements d'allures et de trajectoires bien plus simples.
  • Séances de travail à pied plus avancées, pour obtenir le travail en liberté et les figures de spectacles.
  • Séances de travail monté en licol pour viser la monte en liberté.

Webmaster : Olivier Greindl